« Laurette ! C’est toi qui a la carte ? Tu es sûre qu’on n’est pas perdu ? Je vois une entrée d’autoroute devant nous pourtant ! » Chaque cyclotouriste s’est déjà retrouvé face à un problème majeur : comment faire pour se créer un itinéraire à vélo agréable, et si possible sécurisé ? Il y a le risque de se retrouver sur une 4 voies avec beaucoup de voitures, ou encore de se retrouver sur une voie privée quand Google Maps indique « Attention : Les itinéraires à vélo peuvent ne pas toujours tenir compte des conditions réelles« .

Heureusement, on peut croiser les données ! Il existe différents sites permettant de créer son itinéraire à vélo, et nous allons parler ici de ceux que nous utilisons. On n’abordera pas le cas des cartes papier, qui peuvent être très bien fournies et pratiques si vous n’avez rien pour visualiser facilement votre itinéraire (et si vous risquez de tomber en panne de batterie).

Premier réflexe : Google Maps

A priori, on l’a tous déjà fait : jeter un œil à Google Maps, entrez l’itinéraire et choisir de l’emprunter à vélo. C’est assez intéressant, parce que la courbe de niveau est très bien faite. Les itinéraires proposés sont clairs et lisibles. Et surtout, il est très facile de le consulter sur son téléphone. D’ailleurs, vous pouvez les sauvegarder et les retravailler en utilisant l’outil My Maps.

L’inconvénient ? Il n’y a pas d’indications faciles à consulter sur les aménagements cyclables de l’itinéraire. Ce qui nous a parfois conduit à nous retrouver au milieu d’une forêt face à l’entrée d’une base militaire, ou encore à porter les vélos sur un chemin de randonnée au Cap de Bonne Espérance, en Afrique du Sud.

Or, tout cyclotourisme même aventurier préfèrera certainement faire un petit détour pour ne pas rencontrer ce type de problématique, ou encore pour ne pas rouler au bord d’une grosse départementale.

Geovelo, l’outil pour créer un itinéraire à vélo

Pour résoudre ce problème, il est intéressant de regarder Geovelo. Geovelo, c’est un calculateur d’itinéraires pour cyclistes, qui permet également de s’orienter grâce à leur application. C’est une équipe française qui est derrière ce projet, qui s’appuie sur les données fournies à la fois par les collectivités et les utilisateurs pour proposer les meilleurs itinéraires. Pour nous, la vraie force de Geovelo, c’est qu’on peut lui faire confiance. Oui, quand on prend un itinéraire fourni par ce site, il est extrêmement rare de se retrouver sur une route passante.

Le revers de la médaille ? Eh bien justement, pour éviter les routes passantes, Geovelo a parfois tendance à faire faire un gros détour. Alors que parfois, il suffit de faire 500m sur une route avec un peu de trafic pour s’épargner 5km de plus. Une autre astuce qu’on aime utiliser, c’est de faire apparaitre les lignes de niveau pour essayer de contourner certains pics d’altitude. Finalement, à chacun d’adapter les itinéraires proposés à ses envies !

Un autre point fort de Geovelo : la catégorie « Découvrir ». Si vous cliquez dessus, vous retrouverez un bon aperçu des principales voies de cyclotourisme en France. Elles sont à chaque fois découpées en étapes, avec une brève description. Ce sont des routes qui sont presque entièrement aménagées pour les cyclistes, donc à suivre les yeux fermés (ou presque !).

Komoot, l’autre calculateur d’itinéraires à vélo de renom

A lire les différents avis, on a l’impression qu’il y a deux camps : les pro-Geovelo et les pro-Komoot. De notre côté, nous allons chercher nos informations des deux côtés, pour essayer d’obtenir le meilleur des deux mondes. André Gide disait bien que choisir, c’est se priver du reste !

Komoot, entreprise allemande, est une solution très pratique à utiliser. Si elle propose également un calculateur d’itinéraire à vélo, elle permet de différencier la pratique du vélo. Elle vous fera des propositions parfois très différentes selon que vous souhaitiez partir en voyage, ou bien faire du vélo de route, du gravel ou du VTT. Ca a un vrai côté pratique ! Avec Komoot, vous aurez également accès à des trajets multimodaux. Il peut intégrer des passages en ferry lorsque disponible, ce qui nous a agréablement surpris ! Ce site, disponible également sous forme d’application, a une vision beaucoup plus internationale. Et au-delà du vélo, vous pourrez également planifier vos courses à pied, vos randonnées et autres sorties d’alpinisme.

Pour profiter pleinement du service, et pour utiliser l’application de la façon la plus optimale, Komoot propose d’acheter des cartes, ainsi que de prendre un abonnement premium. Nous n’avons pas testé cette partie pour le moment. Si vous avez des retours sur le sujet, n’hésitez pas à nous en faire part en commentaire.

Garmin pour se laisser guider

Autre plateforme utile, mais réellement exploitable si vous avez acheté un de leurs dispositifs : Garmin. Vous pourrez y retrouver un calculateur d’itinéraires se basant sur les trajets favoris des autres utilisateurs. Pratique et efficace, mais peut parfois privilégier, comme Google Maps, le chemin le plus direct en faisant l’impasse sur la sécurité et/ou le plaisir. En revanche, vous pourrez utiliser Komoot ou Geovelo pour créer votre parcours à vélo, et votre GPS Garmin pour vous guider.

Cartographie des aménagements cyclables

On parle de Google, mais n’oublions pas le monde libre, avec OpenCycleMap. Sur ce site, vous ne pourrez pas créer votre itinéraire à vélo, mais vous retrouverez un plan très détaillé des aménagements cyclables, qui va parfois plus loin que Geovelo. C’est un très bon complément pour s’assurer que les itinéraires empruntent bien des routes sécurisées. Attention cependant, un itinéraire cyclable indiqué sur OpenCycleMaps correspond parfois juste à un projet de voie cyclable qui n’est pas encore abouti.

Il reste un dernier site que nous voulions vous faire découvrir : celui de l’AF3V. Il s’agit d’une association d’usagers qui œuvre pour le développement des véloroutes et des voies vertes. Ils proposent une carte interactive qui relate l’ensemble des tronçons cyclables en France. Un point intéressant : la plupart des segments ont un petit commentaire qui indique l’état de la route. Et sur ce site, vous saurez si un itinéraire est en projet ou s’il a été réalisé. C’est à notre connaissance la carte la plus riche disponible en France. Merci l’AF3V !

Lancez-vous et créez votre itinéraire à vélo !

Après avoir parcouru tous ces sites, on se dit qu’il y a une multitude de façons de créer un itinéraire à vélo. Comment s’y retrouver, et comment sélectionner le meilleur d’entre eux ? On va vous expliquer comment on s’y prend. C’est une méthode que nous avons largement affinée depuis nos premiers voyages à vélo, avec en France Bordeaux – Cognac. N’hésitez pas à partager vos façons de faire en commentaire !

Première étape : on commence par savoir d’où partir et où aller. Ca n’a l’air de rien comme ça, mais il y a plusieurs facteurs à prendre en compte, comme le nombre de jours qu’on a à notre disposition, savoir si on peut faire le retour en train si on ne fait pas une boucle …

Une fois ce choix réalisé, on cherche des infos sur le web, sur des blogs et autres sites de voyages. Puis on se pose sur Geovelo pour tracer l’itinéraire à vélo. Au début de façon simple, en choisissant le départ et l’arrivée. Pourquoi Geovelo ? Pour partir d’une base excluant les routes à fort trafic, tout en pouvant exporter l’itinéraire en GPX pour l’envoyer vers notre GPS. On en profite pour regarder et adapter le découpage qu’il propose en fonction du nombre de jours qu’on paramètre. Avec ça, vous pourrez choisir les points de chute pour chaque nuit. Puis on compare avec les propositions Komoot, qui permettent notamment de trouver des « raccourcis » avec des ferrys.

Là, on se retrouve avec un bel itinéraire qui peut tout à fait faire l’affaire. Mais si vous prenez encore un peu de temps pour le travailler, vous allez pouvoir rendre votre voyage à vélo encore plus intéressant. Comment ? En adaptant l’itinéraire pour passer par des lieux que vous souhaitez découvrir. Parfois, un petit détour permet d’aller voir une jolie vue par exemple.

Améliorez votre itinéraire à vélo

Ensuite, vient la phase de comparaison. On regarde sur OpenCycleMap et AF3V pour vérifier qu’on emprunte le chemin le plus sécurisé. Quitte à adapter un peu l’itinéraire.

Enfin, si on veut chipoter, on finit par regarder la courbe de niveau, pour voir si on peut gommer certains pics. Clairement, si les pics sont sur des voies vertes par exemple, on n’y touche pas. On préfère malgré tout la sécurité. Mais si on est sur des routes de campagne, le débat est autre. En jouant sur le niveau de zoom, vous allez faire apparaitre les courbes de niveau. Elles vont vous permettre d’analyser le terrain. Si vous vous rendez compte que l’itinéraire fonce tout droit sur une montagne, alors qu’une route circulaire semble plate (oui, c’est un idéal, dans la vraie vie ça n’arrivera jamais), alors on décale l’itinéraire pour en faire le tour.

Une fois que tout est fait, l’itinéraire à vélo est enfin prêt ! Alors certes, ça prend un peu de temps, et ce n’est jamais complètement définitif. Mais en faisant tout ça, on en a profité pour se renseigner sur ce qu’on pouvait voir sur la route, et on part sereins !

Pour le suivre ? Rien de plus simple, téléchargez l’application Geovelo ! Ou si vous aussi vous avez un GPS de vélo, faites un export du fichier GPX pour ensuite l’intégrer à votre appareil. Nous, il s’agit d’un Garmin Edge 830. Direction GarminConnect, et toutes les instructions sont chargées sur le guidon !

Et vous, comment préparez-vous vos itinéraires ?

Catégories : A bicyclette

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *