Cette troisième journée de cyclotourisme en Irlande, de Bantry à Kenmare à vélo, a été éprouvante. Et je pèse mes mots. Vous découvrirez la souffrance de devoir choisir entre pousser votre vélo ou donner quelques coups de pédales et faire de nombreuses pauses. Une montagne, la tant redoutée Priest’s Leap Road, des cyclotouristes plus touristes que cyclo, et des moutons. Si vous cherchez un défi à vélo, vous êtes au bon endroit !

Bantry Kenmare à vélo – L’itinéraire

Distance parcourue : 37km
Durée estimée : 4 à 6h

Dénivelé positif : 691m
Difficulté : avancé

Ce trajet de Bantry à Kenmare à vélo restera dans nos mémoires. Nous ne souhaitions pas prendre la N71 de peur du trafic. Alors nous avons retenu un chemin qui nous semblait parfait. On a même cru en une journée de repos. 37km sur la Priest’s Leap Road ? Trop facile !

On a cumulé un certain nombre d’erreurs. On est partis passé 11h. Sans nourriture. Avec très peu d’eau. On était confiants, on pensait qu’on arriverait avant 14h de l’autre côté pour déjeuner. Heureusement, ayant fini très rapidement les gourdes, on a eu la présence d’esprit de toquer chez l’habitant pour les remplir. Une erreur corrigée ! Ca sera la seule.

Mais avant de vous détailler les problématiques de dénivelé sur lesquelles il faudra vous préparer, parlons hébergement. Nous sortions du Bru Na Pairc B&B à Bantry, où nous avons été accueillis comme des rois. On vous recommande vivement d’y séjourner en cliquant ici. Autrement, vous pouvez consulter les hébergements disponibles à Bantry en cliquant ici.

A Kenmare, nous avions réservé au Fáilte Lodging Kenmare, une auberge simple mais conviviale. Nous avons eu la chance d’avoir un dortoir en haut rien que pour nous. Si vous souhaitez réserver, vous pouvez cliquer ici. Et si vous cherchez d’autres types d’hébergement, vous pouvez cliquer ici pour consulter les offres disponibles à Kenmare.

Quitter Bantry à vélo

Vous l’aurez donc compris, la principale difficulté que vous rencontrerez sur ce « court » trajet (court seulement sur le papier) de Bantry à Kenmare à vélo, c’est une côte. Une côte presque unique, magistrale, qui vous tendra les bras. Mais une côte qui vous tirera vers le bas, se jouera de vos émotions, de votre petit cœur qui battra la chamade pour la vaincre. La bonne nouvelle, c’est qu’on a fini par arriver en haut !

Bantry Kenmare à vélo avec un aperçu sur la mer
Dernier regard sur la mer

Mais avant ça, vous pourrez choisir entre prendrez la N71 pour aller plus vite, ou lui tourner autour comme nous l’avons fait. Vous découvrirez alors des paysages au sein desquels la mer s’invitera pour le plus grand plaisir de vos yeux.

Cyclotourisme à travers les pelouses irlandaises
Qui pour un golf ?

Vous comprendrez d’ailleurs également que les maisons, par ici, ont une pelouse digne d’un green de golf. Vue la pluie des jours précédents, on comprend que ça reste vert !

L’enfer de la côte de la Priest’s Leap Road

Sachez que vous viserez un col nommé Priest’s Leap. C’est un col qui se mérite !

La Priest's Leap Road est bien par là
Le panneau n’inspire déjà pas confiance

Vous commencerez alors à son approche à voir la route se redresser devant vous. Doucement, de quoi vous accueillir, vous attendrir, vous faire dire que oui, vous allez y arriver, ça semble facile.

Bantry Kenmare à vélo via la Priest's Leap Road
La route se redresse

Un panneau voudra vous prévenir. Vous dire que la Priest’s Leap Road n’est pas une route comme les autres. Que vous allez souffrir. Et qu’éventuellement vous devriez reconsidérer le fait de prendre la « main road » pour aller de Bantry à Kenmare à vélo. Ce site explique d’ailleurs aux automobilistes pourquoi il faut être un conducteur téméraire pour s’aventurer sur la Priest’s Leap Road.

La Priest's Leap Road se mérite
Rebroussez chemin tant qu’il est encore temps

C’est ici que les ennuis vont commencer. Avec un chargement comme le nôtre, sur un pourcentage de côte élevé, où vous finirez rapidement en vitesse 1 plateau 1, la peur de basculer en arrière s’installera à chaque redémarrage. Chaque redémarrage ? Oui, car nous avions chacun notre approche de cette côte. L’un a préféré toujours pédaler, quitte à faire des pauses tous les 10m pour reprendre son souffle. L’autre a préférer pousser son vélo régulièrement, bien que sur de telles côtes, le vélo vous donnera l’impression d’être celui qui pousse, vers le bas.

Le voyage à vélo dans tout son bonheur
La technique du vélo poussé est physique

Ah oui, un élément notable sur notre passage : le brouillard. Nous avions l’impression de nous enfoncer dans les ténèbres, et de ne pas profiter du réconfort du paysage entre Bantry et Kenmare à vélo. Mais parfois, nous nous sommes aussi dit que c’était peut-être une chance de ne pas voir le haut !

Profiter du Priest’s Leap

Si vous circulez comme nous dans le brouillard, vous serez parfois surpris d’entendre des cloches autour de vous. Vous serez certainement au milieu de troupeaux de moutons qui eux sont parfaitement à l’aise sur ce type de terrain.

La priest's Leap Road est traversée par des moutons
Vous voyez du brouillard ? Je vois des moutons. Pensée positive

Et vous finirez enfin par voir apparaitre le panneau annonçant l’arrivée au col, le Priest’s Leap. Quelle satisfaction alors d’avoir fait tous ces efforts, d’y avoir consacré toute notre énergie restante (il ne nous restait qu’une barre de céréales en début de montée), pour ne rien voir ! Pas de vue, que du brouillard.

Priest's Leap
Magnifique vue

Le petit bonheur en plus ? Même après le panneau, la Priest’s Leap Road continue à monter. Heureusement, plus beaucoup. Et là, les sourires ont commencé à se redessiner sur nos visages : le temps se découvrait de l’autre côté, et nous pouvions commencer à voir une exquise descente se profiler devant nous.

Bantry Kenmare à vélo finit par s'ouvrir
Enfin une vue !

Ce moment, vous l’apprécierez. Si la descente vous redonnera de l’espoir sur une arrivée proche, le paysage vous fera oublier la faim qui commençait à s’immiscer dans nos corps. Tout est tellement beau quand l’effort à fournir est juste de freiner de temps en temps avant un virage !

L’arrivée à Kenmare à vélo

Une fois en bas, attention, vous ne serez pas encore exactement au bout de vos peines. Il vous restera alors une dizaine de km de faux-plat descendant pour fini le trajet de Bantry à Kenmare à vélo. Pas désagréable, ça se fait très bien. Mais pour nous, ça retardait d’autant l’heure du déjeuner. Evidemment, sur une si petite route, pas de restaurant ni de snack …

Cyclotourisme sans brouillard !
Ca ressemble donc à ça ?

Alors quel plaisir, une fois arrivés en ville, de tomber sur une boulangerie, Maison Gourmet, ouverte, servant à manger sur place malgré le fait qu’il était environ 16h. Et la cerise sur le gâteau : aucun effort à faire sur la langue, nous étions face à des français. Dans l’état dans lequel nous étions, tout était bon à prendre pour nous réconforter !

Bantry Kenmare à vélo touche à sa fin
Quand vous verrez ces immeubles, vous serez proches du bout

Puis nous avons rejoint notre auberge juste à côté. Il s’agit alors du Fáilte Lodging Kenmare, où les chambres sont parfois communes, tout comme les sanitaires et les douches. Mais ce qui est commun également est la convivialité. Nous nous sommes ainsi retrouvés entourés de différentes nationalités, à partager les expériences de chacun. Une très belle soirée s’en est ainsi suivie !

Pour découvrir la suite de notre voyage en Irlande à vélo, partez à la découverte du lendemain :

Kenmare Killarney à vélo - Le parc national de Killarney

Sortie prévue le 19/06/2024

Catégories : Autour du monde

0 commentaire

Laisser un commentaire

Emplacement de l’avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *