Le Canal de Garonne à vélo fait partie de l’itinéraire star du cyclotourisme : le Canal des 2 Mers à vélo. Il est d’ailleurs possible d’y accéder depuis Bordeaux, en empruntant la piste cyclable Roger Lapébie. Le Canal de Garonne est en quelques sortes le petit frère du Canal du Midi, permettant aux bateaux de contourner les difficultés de navigation sur une Garonne capricieuse. Ses chemins de halage, souvent à l’ombre des platanes sont aujourd’hui reconvertis en voies vertes. Les aménagements sont réellement adaptés, puisque où que vous soyez, vous roulerez sur une belle piste cyclable bitumée ! Et la présence d’un canal se matérialise évidemment par un itinéraire exclusivement plat (ou presque). De La Réole à Toulouse, en passant par Castets-en-Dorthe, embarquez pour une aventure paisible et inoubliable sur 3 jours !

Cyclotourisme sous les platanes du Canal de Garonne
Les platanes offrent un très beau couvert végétal

Le Canal de Garonne à vélo – L’itinéraire

Distance parcourue : 222km en 3 jours
Durée estimée : 25 à 30h

Dénivelé positif : 612m
Difficulté : facile

N’hésitez pas à consulter la suite de l’article pour en savoir un peu plus sur la globalité de ce voyage, ou allez directement à la première journée :

Une rapide Histoire du Canal de Garonne

Commençons donc par un rapide point d’Histoire. Depuis l’antiquité, de grands projets de creusement d’un canal entre la mer Méditerranée et l’océan Atlantique sont en réflexion. Le but ? Eviter d’avoir à contourner la péninsule ibérique pour raccourcir la durée du transport maritime, tout en se mettant à l’abri des éventuels assaillants sur la route. Mais il faudra attendre le XVIIème siècle pour avoir un projet sérieux, de Pierre-Paul Riquet. Ce dernier résolvera tous les problèmes d’approvisionnement en eau sur la partie entre la Méditerranée et Toulouse. Si le Canal du Midi fut mis en service en 1681, faute de moyens complémentaires, il faudra attendre 2 siècles pour voir naître le Canal de Garonne. Sa construction s’étalera entre 1838 et 1856. Il servira alors principalement pour le convoi le marchandises. En effet, les passagers seront transportés sur la nouvelle voie de chemin de fer reliant Bordeaux à Sète.

A vélo, le Canal de Garonne offre de belles perspectives
Le Canal de Garonne de nos jours

Aujourd’hui, le Canal de Garonne a trouvé sa voie dans une économie dédiée au tourisme, avec des centaines d’emplois à la clé répartis sur toute sa longueur. Et ce secteur du tourisme évolue, puisqu’au début exclusivement fluvial, c’est aujourd’hui le cyclotourisme qui se développe fortement.

L’alimentation en eau du canal se fait en deux points : sur une arrivée souterraine à Agen, ainsi qu’au niveau du port de l’Embouche à Toulouse, grâce au Canal de Brienne. A même endroit, à Toulouse, naît également le Canal du Midi, l’autre partie de l’itinéraire du Canal des 2 Mers à Vélo.

Des ponts-canaux parfois impressionnants

S’il est un type d’ouvrage incontournable le long du Canal de Garonne à vélo, il s’agit bien des ponts-canaux. Ce sont des ponts permettant au canal d’enjamber des ruisseaux, des rivières, et même la Garonne. Si vous êtes attentifs, vous pourrez en compter jusqu’à 7 sur votre route ! Parmi ceux qu’on ne peut rater, vous retrouverez le Pont-Canal d’Agen, d’une longueur impressionnante de 539m. Il enjambe sans difficulté la Garonne, qu’on peut observer en contre-bas. Sa construction s’est étalée de 1839 à 1847. C’est un véritable monument agenais !

Traversée du pont-canal d'Agen, monument de l'itinéraire du Canal des 2 Mers à vélo
Le pont-canal d’Agen enjambe la Garonne

L’autre pont-canal que vous ne pourrez pas rater est celui du Cacor à Moissac. Il mesure 356m et enjambe ici le Tarn. Il fut construit en 1844 et permet, comme les autres ponts-canaux, la navigation d’un bateau à la fois. Des bassins sont aménagés à chacune de ses extrémités, permettant aux navires d’attendre que le passage soit libre. On a vraiment apprécié le traverser !

Un très bon pont-canal à Moissac, qui permet au Canal de Garonne d'enjamber le Tarn
Le pont-canal du Cacor, à Moissac, enjambe le Tarn

Les autres ponts-canaux que vous rencontrerez en parcourant le Canal de Garonne à vélo enjambent l’Avance, la Baïse, la Séoune, la Barguelonne et l’Hers. Ils sont parfois discrets, et surtout beaucoup plus courts que ceux d’Agen et Moissac !

Le pont-canal sur la Barguelonne, l'occasion d'une belle balade à vélo le long du Canal de Garonne !
Un des ponts-canaux du Canal de Garonne, ici sur la Barguelonne

Les écluses du Canal de Garonne

Sur votre route le long du Canal de Garonne à vélo, si vous partez de Castets-en-Dorthe pour rejoindre le port de l’Embouchure de Toulouse, l’itinéraire se presque exclusivement plat. Presque, car à chacune des 53 écluses rencontrées, vous monterez de quelques mètres d’altitude !

Vous croiserez de nombreuses écluses le long du Canal de Garonne à vélo
Une des nombreuses écluses du Canal de Garonne
Une écluse et son bassin le long du Canal de Garonne à vélo
Un bassin permet ici aux bateaux d’attendre que l’écluse soit disponible

L’autre moment où vous serez amenés à grimper un peu sera lorsqu’un pont routier traversera le canal.

Le cyclotouriste sera satisfait de sa balade à vélo en admirant les bateaux !
Les bateaux semblent passer de justesse sous les ponts du Canal de Garonne
Des platanes, un canal, un pont, vous êtes bien sur l'itinéraire du Canal des 2 Mers à Vélo !
C’est ce type de pont que vous verrez le plus le long du Canal de Garonne

Vous verrez d’ailleurs une évolution du style des ponts, avec d’abord presque toujours le même pont en béton. Puis, à l’approche de Toulouse, vous verrez quelques ponts parés de leur plus belle brique rose.

Plus vous approcherez de Toulouse, plus votre route le long du Canal de Garonne à vélo vous fera croiser des ponts parés de belles briques roses
Plusieurs architectures de ponts sur la Garonne, avec la brique rose qui prend progressivement sa place
Castelsarrasin, une belle occasion de sortir de l'itinéraire du Canal des 2 Mers à Vélo pour faire du cyclotourisme en ville
A Castelsarrasin, le regard se perd au milieu des ponts

Au niveau des écluses, vous rencontrerez régulièrement des cafés, restaurants, ports ou hôtels. Ce sont des lieux de vie très agréable, où les plaisanciers, aussi bien que les cyclotouristes, prennent le temps d’une pause l’ambiance du Canal de Garonne avec les locaux. N’hésitez pas à vous y arrêter pour, vous aussi, profiter des lieux !

Une des nombreuses terrasses que vous croiserez en longeant le Canal de Garonne à vélo
A Buzet-sur-Baïse, vous pourrez profiter d’un cadre bucolique pour une pause bien méritée

Découvrir le patrimoine autour du canal

S’il est réellement agréable de rouler le long du Canal de Garonne à vélo, il y a un vrai intérêt à en sortir pour visiter les villages alentours. Attention, autant le canal est creusé dans la plaine de Garonne et est par conséquent plat, autant certains villages sont perchés en altitude ! Parmi ceux-ci, on peut citer par exemple Meilhan-sur-Garonne, avec son tertre offrant une vue panoramique sur la plaine de Garonne. Ou encore le Mas d’Agenais et son église collégiale Saint-Vincent.

Le Canal de Garonne à vélo, ou la Garonne à vélo ? Parfois, on se retrouve coincés entre les deux !
Grimper jusqu’au tertre de Meilhan-sur-Garonne offre une vue dominante sur le canal, la Garonne et toute la vallée autour

Evidemment, vous vous arrêterez visiter Agen et Moissac. Mais vous pourrez également profiter par exemple de Damazan, Montesquieu, Valence d’Agen, Castelsarrasin, Montech, Grisolles … Et en faisant de légers crochets, vous pourrez également déambuler dans les rues de Marmande et de Montauban. C’est en sortant régulièrement du canal que vous l’apprécierez au mieux. En effet, vous n’aurez pas le temps de vous lasser de ses platanes, lorsqu’ils sont présents, avant d’arriver à la prochaine ville intéressante !

Le cyclotourisme est aussi fait de pauses pour admirer les environs
Parfois, l’eau du Canal de Garonne offre de très beaux reflets, sous des platanes magistraux

Notons un point particulier à Montech, où vous rencontrerez une structure unique en son genre le long du canal : une pente d’eau. Il s’agit d’une sorte d’ascenseur à bateaux, leur permettant de contourner une série de 5 écluses et de gagner ainsi environ 40 minutes. La pente d’eau est aujourd’hui fermée, et ce depuis 2009. Mais sa restauration semble avoir commencé. Alors peut-être reverrons-nous un jour ce bijou d’ingénierie fonctionner !

Accéder au Canal de Garonne

Nous sommes allés à La Réole en TER depuis Bordeaux. Cette ligne permet d’embarquer gratuitement son vélo, sous réserve de places disponibles. C’est ici rarement un problème ! Toutefois, il est probable que le quai en gare de Bordeaux ne présente pas d’ascenseur ni de pente, et que vous deviez emprunter les escaliers. Prévoyez donc un peu d’avance pour monter sereinement vos affaires, et vous remettre de ces efforts ! Qui ne seront d’ailleurs pas fini, puisqu’en gare de La Réole, vous devrez gravir les marches d’une passerelle enjambant les voies.

Si ceci vous effraie, ou que vous disposez d’un peu de temps, pourquoi ne pas rajouter une journée de vélo en faisant Bordeaux La Réole ? La piste cyclable Roger Lapébie vous emmènera jusqu’à Sauveterre-de-Guyenne sur le site d’une ancienne voie ferrée. Puis vous n’aurez plus qu’à suivre les panneaux de la piste cyclable du Canal des 2 Mers à vélo pour rejoindre La Réole !

Où dormir

Nous avions prévu nos étapes à Damazan et à Moissac. La première nuit, nous avons dormi chez des amis. Nous n’avons donc pas d’hébergement à vous recommander. A Moissac, nous avons dormi à la Maison Lydia, une chambre d’hôtes labellisée Accueil Vélo. Vous y trouverez un atelier, de quoi regonfler vos pneus, et surtout de quoi garer vos vélos de façon sécurisée. Les chambres sont très agréables, les hôtes accueillants, et on s’est régalés au petit-déjeuner. On vous recommande vivement de vous y arrêter !

Et pour repartir de Toulouse, nous avons pris un Intercité, direction Bordeaux. S’il est possible de réserver un emplacement vélo pour 10€, prévoyez aussi un peu de temps d’avance pour vous positionner sur le quai, et pour hisser le vélo à bord. En effet, la passerelle du train est à environ 1m50 de hauteur vis-à-vis du quai, avec 3 grandes marches, et la porte est très étroite !

Le Canal de Garonne à vélo en détails

Découvrez nos 3 jours le long du Canal de Garonne à vélo, de La Réole à Toulouse !


Découvrez d’autres aventures de Laurette à Bicyclette !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *